LA PEUR DOIT CHANGER DE CAMP

Lydia de Berlin et Lydia de Bejaïa se rencontrent dans la zone de transit de l’aéroport à Paris. Il y règne une atmosphère froide de la peur. Chaque son est perçu comme une menace soudaine. Il n’y a pas que la peur d’être victimes de la prochaine bombe, il est également l’incertitude par rapport à l’arbitraire absolu de la violence d’aujourd’hui. Les deux femmes ont les experiences violentes, mais les fronts et leurs objectifs étaient dans un sense reconnaissables. Aujourd’hui, tout le monde peut être partout victimes des attentats. Les histoires des deux femmes sont caractérisées par des parties des développements historiques en Europe, en particulier dans l’Allemagne Est, et en Afrique du Nord, notamment en Algérie, qui ont contribué à cette atmosphère. Et ce quoi les femmes disent de tout cela?

Première allemande 3 Février 2018 TAK Kreuzberg (en Allemand, Arabe, Francais)